Un rapide tour de cinq constellations d'été de l'hémisphère nord

Les mois d’été sont ceux où les nuits sont les plus courtes, mais une multitude de choses peuvent malgré tout vous pousser à sortir observer. En partant du Scorpion et du Sagittaire, au sud, en remontant aux étoiles du Cygne qui passent au-dessus de nos têtes, il y a beaucoup à voir dans le ciel d’été une fois le soleil couché.

Scorpion

Constellation du Scorpion
Constellation du Scorpion — Creative commons 4.0 license
Source

En bref

Nom français : Le Scorpion

Localisation : Entre les latitudes +40° et -90

Taille : 497 degrés carrés

Constellations voisines : Sagittaire, Serpentaire, Balance, Loup, Règle, Autel et Couronne australe

Le meilleur moment pour l’observer : 23 heures, heure locale, début juillet

Étoiles avec des planètes : Il y a 18 planètes confirmées parmi les 14 étoiles du Scorpion. Gliese 667c en a le plus, cinq planètes confirmées, alors que les autres étoiles en ont une chacune.

Étoile la plus brillante : Alpha Scorpii, plus connue sous le nom d’Antarès. Cette supergéante rouge se trouve à environ 550 années-lumière et est accompagnée d’une petite étoile de couleur bleu-blanc, parfois verdâtre dans les grands télescopes. Son nom signifie « rival de Mars », car sa couleur ressemble à celle de la planète rouge.

Objets remarquables du ciel profond

  • Graffias, également connue sous le nom de Beta Scorpii, se trouve dans les pinces du scorpion. Il s’agit d’une étoile double bien séparée, facile à voir avec des jumelles ou un télescope. Les jumelles permettront de voir une étoile blanche avec un compagnon blanc plus faible, mais un télescope en révèlera une troisième. Un faible grossissement, environ 25 fois, permet de séparer l’étoile la plus brillante en deux. L’étoile la plus lumineuse de la paire est blanche et environ trois fois plus lumineuse que le compagnon bleu-blanc.
Messier M4
ESO
  • M4 est l’amas globulaire le plus connu du Scorpion. Visible aux jumelles dans de bonnes conditions, un télescope d’un grossissement d’environ 100 permet de distinguer une barre centrale d’étoiles.
  • M6 est l’un des deux amas stellaires visibles à l’œil nu dans le Scorpion. Avec son compagnon M7, il se trouve près du dard du scorpion, non loin de la limite du Sagittaire. M6 est le plus petit et le moins lumineux des deux, mais probablement le plus joli à voir au télescope. Également connu sous le nom d’« Amas du papillon », sa forme est assez apparente à un faible grossissement de seulement 30.
  • M7 est le deuxième amas visible à l’œil nu dans le Scorpion. Plus grand que M6 et moins dispersé, aux jumelles il apparait dans le même champ de vision que son voisin, mais c’est un meilleur objet à observer avec ce genre d’instrument.
  • M80 est le deuxième amas globulaire du Scorpion et le moins lumineux des objets de Messier dans la constellation. Une paire de jumelles permet de le distinguer, mais à l’instar de M4, il est préférable de l’observer au télescope. Dans un petit instrument à faible grossissement, il prendra la forme d’une tache grise peu visible. Il vous faudra un grossissement plus important et une plus grande ouverture pour distinguer les détails.

 

Hercule

Constellation d'Hercule
Constellation d'Hercule — Creative commons 4.0 license
Source

En bref

Nom français : Hercule

Localisation : Entre les latitudes +90° et -40

Taille : 1 226 degrés carrés

Constellations voisines : Dragon, Bouvier, Couronne boréale, Tête de serpent, Serpentaire, Aigle, Flèche, Petit Renard et Lyre

Le meilleur moment pour l’observer : 23 heures, heure locale, mi-juillet

Étoiles avec des planètes : Hercule abrite 15 étoiles et un total de 18 exoplanètes confirmées. Parmi ces étoiles, il y en a trois avec deux planètes chacune, dont la plus brillante, 14 Herculis.

Étoile la plus brillante : Beta Herculis, ou Kornephoros. Une géante jaune à quelque 148 années-lumière, dont le nom signifie « porteur de massue ».

Objets remarquables du ciel profond

  • Rasalgethi, ou Alpha Herculis, est une jolie étoile double qui peut être séparée avec un grossissement d’environ 100. L’étoile primaire parait jaune or, elle est quatre ou cinq fois plus faible que son compagnon bleu pâle. Cherchez des indices de vert dans l’étoile la plus faible.
  • Kappa Herculis est un double optique, ce qui signifie que les deux étoiles ne font pas partie du même système stellaire et ne sont qu’un alignement fortuit dans l’espace. Un faible grossissement d’environ 30 fois les séparera en deux étoiles de luminosité presque égale. Elles apparaissent toutes deux sous une couleur dorée. L’étoile la plus faible présente des reflets blancs.
  • M13, Grand Amas d’Hercule, est sans doute le plus bel amas globulaire aisément visible dans l’hémisphère nord. Des jumelles permettront de le détecter et un petit télescope présentera l’amas dans toute sa gloire. Avec un grossissement d’environ 100, vous verrez une tâche brillante, avec des chaines d’étoiles qui partent du centre de l’amas, semblables aux tentacules d’une anémone de mer.
  • M92 est le second amas globulaire de Messier de cette constellation. Cependant, il n’est pas aussi facile à trouver que son compagnon plus lumineux. Là encore, une paire de jumelles permettent de le voir, mais il faut un télescope avec un grossissement d’environ 75 pour discerner les détails.
  • NGC 6210 est une nébuleuse planétaire. C’est l’objet le plus brillant de son genre dans la constellation d’Hercule. Vous arriverez peut-être à l’apercevoir avec un petit télescope, mais il vous faudra d’une ouverture de 250 mm ou plus pour l’apprécier. À l’aide d’un télescope plus grand et d’un grossissement de 100 ou plus, vous devriez voir un minuscule ovale bleu vert bien défini.

 

Lyre

Constellation de la Lyre
Constellation de la Lyre — Creative commons 4.0 license
Source

En bref

Nom français : La Lyre

Localisation : Entre les latitudes +90° et -40

Taille : 286 degrés carrés

Constellations voisines : Dragon, Hercule, Petit Renard et Cygne

Le meilleur moment pour l’observer : 23 heures, heure locale, début aout

Étoiles avec des planètes : Il y a 21 étoiles avec des planètes dans la Lyre, et un total de 36 planètes confirmées dans la constellation. L’étoile la plus brillante, HD 173416, a une planète et Kepler-20 est celle qui, avec cinq planètes, en a le plus.

Étoile la plus brillante : Véga, ou Alpha Lyrae, est la deuxième étoile la plus brillante de l’hémisphère nord (après Arcturus) et la cinquième étoile la plus brillante du ciel. À seulement 25 années-lumière, c’est l’une des étoiles les plus proches du Soleil et il est possible qu’elle soit entourée d’un disque de gaz et de poussière.

Objets remarquables du ciel profond

  • Espilon Lyrae, le fameux système « Double Double », est une étoile multiple exceptionnelle à observer aux jumelles ou au télescope. Il est possible de distinguer plusieurs étoiles à l’œil pour qui a une bonne vision. Autrement, une paire de jumelles fera l’affaire. Presque tout télescope disposant d’un grossissement d’environ 100 permettra de distinguer quatre étoiles. Elles sont blanches et d’une luminosité presque égale.
  • Zeta Lyrae est facile à séparer à l’aide d’un télescope d’un grossissement d’environ 30. L’étoile primaire est d’un blanc citron et environ deux fois plus brillante que son compagnon blanc.
  • M56 est le seul amas globulaire brillant de la Lyre. Il devrait se voir aux jumelles sous un ciel sombre. Dans le cas contraire, un télescope peut être nécessaire. Un petit télescope le présentera sous la forme d’une tache circulaire, peu brillante et vaporeuse. Un télescope de 200 mm ou plus peut être nécessaire pour distinguer les étoiles qui le composent.
Messier 57
NASA
  • M57, la nébuleuse de l’Anneau est probablement l’objet le plus célèbre du ciel profond dans la constellation de la Lyre. Représentée dans d’innombrables livres et magazines, cette nébuleuse planétaire ressemble à un petit anneau de fumée grisâtre dans l’espace. Un télescope de 100 mm avec un grossissement d’environ 100 révèlera sa forme, mais il vous faudra un télescope de 300 mm et d’excellentes conditions pour voir l’étoile mourante en son centre.

 

Sagittaire

Constellation du Sagittaire
Constellation du Sagittaire — Creative commons 4.0 license
Source

En bref

Nom français : Le Sagittaire

Localisation : Entre les latitudes +40° et -90

Taille : 867 degrés carrés

Constellations voisines : Aigle, Bouclier, Queue de serpent, Serpentaire, Scorpion, Couronne australe, Télescope, Indien, Microscope et Capricorne

Le meilleur moment pour l’observer : 23 heures, heure locale, début aout

Étoiles avec des planètes : Vingt-deux étoiles du Sagittaire comptent un total de 24 planètes confirmées parmi elles. Seules deux des étoiles ont plus d’une planète. L’une d’elles, HD 179949, est également l’étoile avec système planétaire la plus brillante.

Étoile la plus brillante : Epsilon Sagittarii, ou Kaus Australis, est un système stellaire binaire situé à quelque 143 années-lumière. L’étoile secondaire est similaire à notre Soleil et l’étoile primaire est sept fois plus grande.

Objets remarquables du ciel profond

  • Le centre de notre galaxie, la Voie lactée, se trouve dans le Sagittaire. Une fois que vous avez trouvé l’astérisme de la « théière », cherchez au-dessus du bec une tache brillante et brumeuse (la « vapeur » qui sort de la théière). Vous contemplez maintenant le centre de notre galaxie, à quelque 25 000 années-lumière.
  • La nébuleuse de la Lagune, ou Messier 8 (M8) est une grande nébuleuse lumineuse que l’on peut voir à l’œil nu depuis l’hémisphère nord et depuis l’hémisphère sud. Elle est jolie aux jumelles et vraiment belle au télescope. Ces deux instruments vont montrer la nébuleuse sous l’aspect de deux parties distinctes séparées par une bande sombre.
  • La nébuleuse Oméga est également connue sous le nom de nébuleuse du Cygne. Elle porte le numéro 17 dans le catalogue Messier. Moins brillante que la lagune, elle devrait être visible aux jumelles, mais on la voit mieux au télescope. Un petit télescope avec un grossissement de 30 seulement permettra de la voir sous la forme d’un cygne, au corps plus proéminent que le cou ou la tête.
  • La nébuleuse Trifide, ou Messier 20 (M20), porte ce nom en raison de son aspect au télescope : elle parait divisée en trois parties. Aux jumelles ou au télescope, elle apparait dans le même champ de vision que la nébuleuse de la Lagune, mais plus petite et moins brillante que cette dernière, elle est difficile à trouver sous un ciel urbain.
  • M22 est un fin amas globulaire qui serait bien plus célèbre s’il était situé plus au nord. Visible à l’œil nu sous un ciel sombre, à travers un petit télescope à faible grossissement cet amas ressemble à une petite nébuleuse circulaire. Avec un grossissement d’environ 100 vous commencerez à distinguer les étoiles qui le composent.

 

Cygne

Constellation du Cygne
Constellation du Cygne — Creative commons 4.0 license
Source

En bref

Nom français : Le Cygne

Localisation : Entre les latitudes +90° et -30

Taille : 804 degrés carrés

Constellations voisines : Céphée, Dragon, Lyre, Petit Renard, Pégase, Lézard

Le meilleur moment pour l’observer : 23 heures, heure locale, début septembre

Étoiles avec des planètes : Trente-six étoiles se partagent un total de 61 planètes dans le Cygne. L’étoile la plus brillante ayant des planètes, Gliese 777, en a deux et Kepler-11 est celle qui en a le plus, six.

Étoile la plus brillante : Deneb, Alpha Cygni, est l’une des étoiles les plus lumineuses. La distance qui nous en sépare n’est pas connue avec précision, mais on pense qu’elle se trouve à environ 2 600 années-lumière et qu’elle a une luminosité de près de 200 000 soleils. Son nom est dérivé du mot arabe qui signifie « queue », car elle marque la queue du cygne.

Objets remarquables du ciel profond

  • Albireo, ou Beta Cygni, est sans doute l’étoile double la plus intéressante de l’hémisphère nord. Tout télescope avec un grossissement de 25 permettra facilement de distinguer les étoiles qui la composent. La plus brillante est une étoile dorée lumineuse, flanquée d’un compagnon bleu saphir.
  • M29 est le plus petit et le moins brillant des deux amas de Messier dans le Cygne, et bien qu’il puisse être repéré à l’aide de jumelles, il vous faudra un télescope pour bien l’observer. Sa forme rappelle celle des Pléiades ou d’une minuscule Grande Ourse.
  • M39 se trouve à la limite de la visibilité à l’œil nu, mais peut être facilement repéré avec des jumelles. Cet amas d’étoiles ouvert a une forme triangulaire et est relativement grand par rapport à d’autres amas similaires. Il vous faudra un faible grossissement pour l’avoir en entier dans le champ de vision de votre télescope.
  • La nébuleuse de l’Amérique du Nord, NGC 7000, peut être aperçue à l’œil nu sous un ciel sombre ; c’est une grande nébuleuse, qui s’observe le mieux aux jumelles et qui est l’une des cibles préférées des astrophotographes. Sa ressemblance avec le continent est étonnante.
  • La Voie lactée s’étend au travers de la constellation et constitue un spectacle époustouflant sous un ciel clair et sombre. Aucun équipement n’est nécessaire pour la voir ; il suffit de lever les yeux et de profiter de la splendeur de notre propre galaxie qui domine le ciel.

Vous aimerez aussi :

Enfant avec un télescope

Les constellations d’automne (septembre à novembre)

La Grande Ourse est maintenant basse sur l’horizon nord, mais si vous tracez une ligne entre Merak et Dubhe…

Fille avec un télescope

Les constellations d’été (juin à aout)

En partant de Merak, tracez une ligne qui passe par Megrez, Alioth et Mizar et vous arriverez à la…

Jeune fille et télescope

Les constellations de printemps (de mars à mai)

On peut se servir de la Grande Ourse pour trouver d’autres étoiles et d’autres constellations. Par exemple, en traçant…